Rechercher
  • Édith Lacroix

Six ans déjà!

Six ans déjà! Il y a six ans, tu arrivais dans ce monde et tu saupoudrais de poudre de candeur mon monde, mon cœur. Tu l’as rempli d’un nouveau sens de l’indispensable, d’un sens de bienveillance. Tu as simplement donné un nouveau sens à ma vie.


C’est ce que je devrais célébrer aujourd’hui. C’est ce que je veux célébrer. Mais voilà que depuis presque quatre ans (déjà), un nuage sombre plane autour de moi… Un crépuscule qui devance l’aube.


6 ans aujourd’hui, c’est joyeux! Je célèbre qui tu es devenu, mon garçon aux grands yeux bruns profonds. Quand tu prends le temps de me regarder et de plonger dans mon âme, je sais qu’il y a longtemps que l’on se suit, et qu’encore dans cette vie, on s’est choisis.


6 ans aujourd’hui, c’est plutôt triste. Quoique j’embrasse ma mission à pleines mains, j’aurais préféré en vivre une différente; une où tu prendrais de l’expansion, te réaliserais, rêverais au futur lointain, me dépasserais par tes habiletés artistiques, intellectuelles, aventurières.


6 ans aujourd’hui, c’est joyeux! Je me réjouis de te voir si heureux, souriant, et si facile à plaire. C’est toi mon meilleur public et je ne me lasse pas de faire mes grimaces, mes sons de basse-cour, de chanter et chantonner tes hymnes préférés. Quand je vois tes yeux pétiller quand je chante ou mime, c’est facile d’aimer la vie!


6 ans aujourd’hui, c’est un peu triste. Car si j’aime chanter pour toi, je me désole de ne pas pouvoir changer de répertoire, de ne pas pouvoir te faire connaître de nouvelles chansons, de ne pas te partager mes propres coups de cœur musicaux. Et plus le temps avance, plus tu te cantonnes dans ton connu si rassurant. Et ça, moi, ça ne me rassure pas.


6 ans aujourd’hui, c’est joyeux! Tu viens de finir ta maternelle à l’école et j’en suis si fière! Tu continues de cheminer à ta manière : tu cours vite, tu peux kicker le ballon, tu sais nager comme un dauphin et sauter comme une grenouille, tu grimpes vite les barreaux de l’échelle au parc, tu montes le mur d’escalade sans aide, tu reconnais le chemin pour te rendre à l’hôpital ou chez Grand-Maman, tu reconnais les marques de voiture, tu excelles dans les casse-têtes, tu salues les passants, tu aimes flatter les chiens et tu brilles dans l’art de donner des câlins et de me faire sentir si importante.


Mais 6 ans aujourd’hui, c’est triste aussi. Je compte moins de tes réussites et pire, je remarque certaines régressions. Tu es revenu aux couches, tu ne comptes plus jusqu’à 10, les couleurs se mélangent parfois, tu ne me demandes plus « pourquoi? », j’entends des bégaiements et des hésitations où il n’y en avait pas avant, ton discours devient souvent incohérent, et surtout, surtout… je ne t’entends plus me dire « je t’aime » comme auparavant.


Oui mais moi, je t’aime Félix-Antoine et je le dirai pour nous deux s’il le faut. Et je continuerai à le dire « aujourd’hui et demain, pour toujours mon bébé ».


Bonne fête Félix-Antoine!


À toi pour toujours,

Édith, ta maman d’amour

10 vues

© 2020

Propulsé par AltInformatique.ca

#OnGardeEspoir

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now